Jeu vidéo / Wolfenstein II : The New Colossus

Date de sortie
Développeur
Machine Games
Moteur
-
Mode de jeu
-
Thème du jeu
First Person Shooter
Image de Wolfenstein II : The New Colossus

Test de Wolfenstein II: The New Colossus

Wolfenstein II: The New Colossus constitue la suite directe de Wolfenstein : The New Order. Ce reboot de la franchise qui a lancé les First Person Shooter nous avait particulièrement bien emballés. Nous fans de poésie et de tripes à l’air de la première heure. C’est toujours développé par MachineGames et édité par Bethesda Softworks. On en attend donc le meilleur ! Alors est-ce que Wolfenstein II: The New Colossus relève brillamment le challenge ? Et pourra-t-il plaire aux néophytes comme aux joueurs plus aguerris ? Éléments d’explication et verdict ci-dessous.

Un scénario de qualité (sic)

Image de Wolfenstein II : The New Colossus
Des moments complètements WTF ^^

Wolfenstein 2 nous plonge au cœur d’une Amérique contrôlée par les nazis, avec pour objectif de rassembler les plus grands leaders de la résistance encore en vie. On incarne encore une fois l’emblématique B.J. Blazkowicz, dit « Blazko le Barjo », dernier espoir pour libérer l’humanité.

Au premier abord, on ne s’attend pas trop à grand-chose au niveau scénaristique. Le titre flirte ouvertement avec un nanard de série B. Mais c’est assumé tout au long de l’histoire et force est de constater que l’on se prend bien au jeu en s’immergeant totalement dans le délire ambiant. Pour autant, ce nouveau Wolfenstein nous distille également quelques moments saisissants et inattendus au ton beaucoup plus sérieux. On n’en dévoilera pas plus, mais on ne s’y attendait pas et c’est particulièrement efficace.

Notre héros principal a du charisme et les personnages secondaires également. C’est donc un vrai plaisir de s’immerger dans cette nouvelle aventure. Le rythme est très bien maîtrisé, il y a des hauts et des bas au niveau de la tension et des événements (certains marquants) ce qui fait que l’on prend un grand plaisir à suivre le déroulement de l’histoire. La narration est vraiment de qualité.

La durée de vie est très correcte, il faudra compter entre quinze et vingt-heures pour en venir à bout, selon le niveau de difficulté (plutôt vingt donc en élevé). Avec, quelques heures supplémentaires pour jouer des missions secondaires.

Une excellente direction artistique, mais c’est très mal optimisé

Image de Wolfenstein II : The New Colossus
De très jolis graphismes et effets de lumières

Graphiquement, Wolfenstein II: The New Colossus est une belle réussite. Les décors sont assez variés et surtout très jolis. C’est surtout dû à la très bonne qualité des divers effets visuels. On en prend plein les mirettes par moments avec de jolis environnements. Les effets de lumières sont saisissants et même somptueux par endroits. On s’immerge très facilement dans cet univers.

Les différentes animations sont réussies avec assez de gore pour nous combler. Le seul défaut notable reste la qualité des textures qui sont loin d’être très nettes selon les cas.

C’est très beau, mais c’est vraiment mal optimisé. Il y a de grosses chutes de framerates par moments. Cela en devient même difficile à jouer selon les niveaux. Alors, cela ne touche pas tout le monde, a priori, mais moi je n’ai pas été à la fête. C’est bizarre, car je passe certains niveaux en détails élevés avec des décors et des filtres plus chargé, tandis que d’autres plus « vides » ça rame sa race lors des gunfights en baissant presque tout… C’est vraiment dommage. Il y a pas mal d’options à régler et quelques bugs gênants de retours sous windows. Mais avec un peu de chance, vous n’en serez pas affecté.

Au niveau sonore, l’ambiance et bien rendue avec de bons bruitages. Et on apprécie le rendu des armes de bonne qualité. Le doublage est de bonne qualité. Tandis que les musiques se laissent écouter.

Un gameplay bien nerveux

Image de Wolfenstein II : The New Colossus
Un bon Nazi est un Nazi mort !

Dans Wolfenstein II: The New Colossus on va tuer du Nazi, mais vraiment tout style de nazis Haha, en masse et avec style. Le gameplay est brut et rapide ce qui rappelle immédiatement que nous somme dans un FPS dit cold school.

Blazkowicz est aussi à l’aise à la hache (c’est nouveau et c’est diablement fun) qu’aux doubles shootguns. On nous offre toujours, plus ou moins, la possibilité de faire les niveaux en adoptant soit une approche furtive soit une méthode plus bourrine. Les ennemis, pas forcements très intelligents, mettront du temps à vous détecter même si vous tuez discrètement un de leur camarade à moins d’un mètre d’eux. Ces pseudo séquences d’infiltration, ne sont toujours pas les plus captivantes.

Bien que le choix de stratégie soit laissé aux joueurs, on est donc clairement plus tenté par l’ouverture bourrine que propose le jeu avec une multitude d’armes partant du simple Handgun pour aller au lance-roquette roquette, au lance-flammes ou encore à la Machine Gun.

Point assez jouissif : la plupart des armes sont disponibles en paire (Akimbo) comme toujours avec la franchise. On nous laisse donc la possibilité de porter la même arme sur chaque main et là attention les dégâts ! Petite subtilité dans cette suite, on peut désormais très bien s’équiper d’une arme différente afin de réaliser des combos dévastateurs et des exécutions sanguinolentes. Miam. Toutes ces armes sont excellentes avec un bon rendu. Elles offrent aussi d’autres possibilités une fois améliorées.

Cela va vite et les séquences de gunfight s’enchaînent rapidement. L’IA est pas terrible certes, mais difficile de bouder notre plaisir. Les fans de bourrinage seront à leur aise.

Le jeu arrive à se renouveler efficacement dans ces séquences d’actions. Alors, oui on retrouve pas mal de redites c’est vrai. Mais après le premier tiers du jeu, très convenu et semblable au dernier opus, cela s’emballe. Et l’on a la possibilité de varier pas mal nos carnages et nos déplacements via des changements sur notre exosquelette. On notera donc, que les deux derniers tiers du titre offrent des séquences plus intéressantes et qui savent se renouveler (c’est relatif certes).

Au niveau, des points négatifs la récolte des minutions et autres packs de vie ou d’armure et d’une lassitude sans nom. On doit sempiternellement appuyer sur une touche pour le faire. C’est d’un pénible aberrant.

Image de Wolfenstein II : The New Colossus
Un bon petit FPS à l’ancienne

Wolfenstein II: The New Colossus constitue une suite réussie. On retrouve ce qui a fait le succès du reboot de cette franchise emblématique mais avec plus de possibilité (plus d’armes, d’ennemis, de façon de les exterminer, etc…). Mais on déplore encore les mêmes défauts (IA, infiltration sans intérêt, etc…)


Le premier tiers du jeu est assez convenu, mais cela s’emballe par la suite avec de jolis moments de bourrinages sanguinolents. Le scénario n’est pas en reste, étonnamment, avec une bonne gestion du rythme et de la narration. Les divers personnages ont pas mal de charisme et l’on s’immerge totalement dans ce monde de barjots.


Le titre est porté par de très jolis graphismes et effets visuels, mais par contre l’optimisation est à la ramasse.


Le prix de base est un peu élevé c’est pourquoi on vous le conseillera (comme toujours ou presque) en promos.

Pourquoi l’acheter ?
  • Narration et personnages charismatiques
  • Des moments marquants, d'autres WTF
  • Un peu plus de tout
  • Gameplay dynamique et nerveux
  • Ressenti des armes
  • Gunfights défoulants
  • Direction artistique
Pourquoi l’oublier ?
  • Optimisation totalement à la ramasse
  • Un peu long à débuter (un tiers du jeu)
  • IA toujours pas terrible
  • Collecte manuelle (vie, munitions) chiante au possible