Jeu vidéo / Warhammer 40,000 : Gladius – Relics of War

Date de sortie
Développeur
Proxy Studios
Moteur
-
Modes de jeu
Types de jeu
Stratégie 4X, Stratégie tour par tour
Thèmes du jeu
Fantaisie, Science fiction, Stratégie
Jaquette de Warhammer 40,000 : Gladius - Relics of War

Test de Warhammer 40,000 : Gladius

Warhammer 40,000 : Gladius – Relics of War (Ils ne savent jamais faire des titres courts avec cette franchise) est un jeu 4X ressemblant à Civilization et Endless Legends dans le principe mais dont il s’éloigne sur le fond puisque la seule activité du jeu est de démolir son prochain. Heureusement, il le fait plutôt bien.

Grande bataille, petit scénario

Gladius vous donne les commandes de l’une des quatre factions uniques du jeu : les Space Marines, les Orks, les Nécrons et l’Astra Militarum. Là, vous vous arrêtez déjà interloqué, les Space Marines et la Garde Impériale séparés ?! Oui, et ils vont même se foutre sur la gueule eux aussi. Le lore Warhammer est appliqué dans un respect inégalable en ce qui concerne les unités et les héros dont le design est d’une réussite notable. Mais côté scénario, ça flanche pas mal. Vous pouvez atteindre la victoire grâce à un système de quêtes qui donne à chaque faction un scénario unique à poursuivre sur Gladius Prime. Ils permettent d’obtenir des réponses aux mystères entourant cette planète au prix de quêtes répétitives qui se résument souvent à envoyer un héros spécifique sur une certaine case ou à vaincre une armée neutre créée par un événement. Toutefois, les batailles finales vous donneront du fil à retordre.

Diplomates en congés

Vous rêviez qu’un Gragnatz vous félicite pour votre avancée technologique ? Mettez ce doux rêve dans un coffre et brûlez-le. Tout le monde a sorti la hâche dans Gladius, au mieux vous pouvez constituer des équipes qui ne bougeront pas tout au long de la partie.

Il reste à combattre, à ce niveau, la carte se rapproche de Civilization avec un système de tuiles et les unités qui ne peuvent pas se superposer. Les déplacements se font dans l’esprit du jeu de plateau, c’est-à-dire que tous vos points de déplacement sont consommés dans votre action, vous ne pouvez pas progresser à tâtons et s’il y a quelqu’un de trop méchant en face de vous, faire machine arrière. Chaque unité a un rôle clair et elles doivent être combinées pour assurer en toutes circonstances. Elles ont aussi des capacités uniques (grenades, cri de guerre, soin, etc.) à utiliser en bonne intelligence pour faire plier l’ennemi et vous avez toute une série de héros à exploiter pour mener vos troupes vers la victoire. Enfin, il faut tenir compte de la topographie et de l’environnement de la carte pour obtenir d’autres bonus de combat (portée plus longue, bonus défensif, etc.). De ce point de vue, le jeu s’en sort très bien. En revanche, le reste manque de consistance.

Image de Warhammer 40,000 : Gladius - Relics of War

Bon jeu de stratégie, mauvais 4X

Le bémol ici est que ce n’est pas nécessairement un 4X formidable. Les villes fonctionnent comme dans Endless, par extension. Il faut y construire les bâtiments dont vous avez besoin pour obtenir ressources et troupes mais c’est très basique, on suit juste nos besoins sans nous poser de questions. La recherche technologique est un ensemble de Tier dont il faut découvrir deux technologies d’un Tier pour accéder au Tier suivant, pas franchement palpitant – un patch a rajouté quelques conditions entre les technologies. Tout ça est très linéaire, trop linéaire.

Chaque faction a aussi une variété de mécaniques uniques plus ou moins intéressantes. Les Space Marines, par exemple, ne peuvent construire qu’une seule ville et doivent sécuriser les ressources stratégiques autour de la carte en plaçant des avant-postes plus petits, bien protégés mais qui ne peuvent pas produire d’unités ou d’autres structures. Ils peuvent aussi balancer des troupes depuis l’orbite. Les Nécrons ne peuvent fonder des villes que sur des tombes nécrotiques enfouies éparpillées sur Gladius Prime et utiliser le minerai à la place de la nourriture comme ressource d’entretien. L’équilibre n’est pas parfait, la Waaagh des Orks, donne un bonus de dégâts de 25% lorsque votre ressource d’Influence est élevée. Mais étant donné que les Orks génèrent de l’Influence chaque fois qu’ils infligent des dégâts et qu’ils n’ont pas spécialement besoin de la dépenser, c’est assez facile d’obtenir ce bonus.

En se vendant comme un 4X, Gladius se met en frontale avec Endless Legends ou Civ, une grossière erreur d'après moi. Le plaisir se trouve dans l'extermination - je ne recommande ce jeu que pour cela - et il faut le regarder pour ce qu'il est vraiment : un jeu de guerre au tour par tour bien fait qui ravira les fans de Warhammer 40K. Il n'y a plus qu'à attendre de nouvelles factions pour donner un peu plus de vie à ce jeu (elles sont déjà dans les tuyaux).

Pourquoi l’acheter ?
  • Respect de la licence W40K
  • Stratégie en combat
Pourquoi l’oublier ?
  • Scénario prétexte avec ses incohérences
  • Un seul des 4X