Jeu vidéo / Fallout 76

Date de sortie
Moteur
-
Mode de jeu
Types de jeu
RPG, Tir
Thème du jeu
Action
Jaquette de Fallout 76

Test de Fallout 76

Quand Galen m’a proposé de faire le test de Fallout 76, j’ai entendu un crissement d’ongles sur un tableau noir et passé la crispation, j’ai pris mon courage à deux mains et j’y suis allé. Après tout, cela pourrait être comme un film au marketing douteux, on s’attend à une bouse et en sortant de la salle on se dit que ce n’était pas tant le nanar annoncé par la bande-annonce. Bon, je dois vous l’avouer, cet adage ne s’avère pas toujours vrai. Je n’ai pas terminé ma séance de Fallout 76, pour cela, je veux mettre la main sur une nuke et atteindre les sommets du grosbillisme, à moins que tous les bugs aient raison de mes ambitions disproportionnées de jeune papa qui doit aussi gérer sa vie de famille.

Un scénario sponsorisé par Kleenex

Test en travaux

Ce test est en cours de rédaction, on va avancer étape par étape, cela donnera peut-être une chance à Bethesda de se rattraper avec des patches et comme ça, avoir au moins un test dans l’univers qui puisse être positif. Ou pas.

Avec le multijoueur, et Todd l’avait dit à demi-mot, le scénario est tombé dans une espère de trou noir. On sort du Vault en 5 min chrono, le temps de créer un personnage grâce à de très nombreux choix via une interface à l’ergonomie déprimante. J’ai tenté deux trois trucs et j’ai validé de rage en me demandant pourquoi ils ont créés autant de menu pour réaliser si peu de choses. Finalement, j’aime bien leur proposition aléatoire, j’ajuste et go. Je croise un robot, puis deux, puis trois, puis j’arrête de les compter, j’ouvre la porte et je vois la lumière !

Ce que l’on sait, c’est qu’il faut repeupler une contrée qui n’a pas été épargnée par la Grande Guerre mais qui est pourtant un peu trop verdoyante à mon goût . Nous sommes le dernier du Vault à sortir car on a grave fait la fête pour le Reclamation Day et puis finalement, tout le monde a disparu. Mon chapeau de fête sur la tête, je recherche âme qui vive mais rien, que des corps calcinés qui explosent au contact et lâche un nuage radioactif. Une pelleté d’ordinateurs et de robots me mobilisent pour trouver la raison de ce problème alors que je n’ai aucune empathie sur la situation, je m’y applique cependant, guidé par l’appât du gain et de l’XP mais il me faut deux heures pour comprendre que l’absence de PNJ vient de détruire le peu de plaisir que j’allais trouver à suivre ce périple. Ce n’est pas parce que l’on gagne des points d’expérience et que l’on enchaîne des quêtes Fedex qu’il faudrait qualifier Fallout 76 de RPG, on se retrouve dans un FPS/TPS multijoueur relativement classique. Impossible de se la jouer roleplay, nous rejoignons des factions sans membre vivant, quand une mission nous dit de retrouver une personne, la découverte se conclue toujours par un cadavre, un robot ou une disparition. En bref, de ce point de vue là je m’emmerde.

Un moteur dépassé par les événements

Durant ces deux heures, j’ai déjà le temps de me rendre compte d’autre chose. Le moteur du jeu est au bout du rouleau. Dans une vaine tentative d’appliquer des filtres ENB, je crois qu’ils ont réussi à faire plus laid avec que sans. Les effets de flou constant sur les longues distances ou les éblouissements disproportionnés semblent être là pour masquer la piètre qualité du reste : texture, objets, nous n’avons aucun espoir sur le sujet, le modding ne pouvant qu’être aux abonnés absent. Difficile aussi de ne pas s’agacer face au recyclage omniprésent de Fallout 4, certains bâtiments sont à la limite du copié/collé. Au fil du jeu, nous découvrons des lieux uniques, mais le mal est déjà fait et dans tous les cas, ce n’est pas très joli alors qu’on plafonne les 30 fps.

Un endgame d’une pauvreté absolue

Me voilà arrivé au bout de l’aventure, aventure qui s’est faite dans la douleur mais je suis venu à bout des 50 niveaux. Cela ne prend pas beaucoup de temps à vrai dire, sans farmer il faut compter 1h/1h30 par niveau même après les récents patches qui ont tendance à ralentir la progression et si les quêtes vous emmerdent parce qu’elles sont aussi palpitantes qu’un discours de politicien, il vous suffit d’aller à Whitespring faire une partie de golf avec des compagnons d’arme et tirer une balle sur chaque cible – cela suffit pour obtenir tout l’xp parce que bon, la proportionnelle, c’est pour les MMO.

Globalement, le gameplay est le même que celui de Fallout 4 qui est lui-même quasiment le même que Fallout 3 et New Vegas, comme le studio ne s’est pas trop foulé, je ne me foule pas trop non plus. Que peut-on retenir ? Le système de perks avec des cartes à gagner (diverses résistances, réduction du poids, des bonus de groupe, etc.) est sympa et permet de refaire son build assez facilement. L’inconvénient est que l’on ne peut pas avoir plusieurs builds (sans passer par un mod aux conséquences inconnues en matière de bannissement) et que l’on se retrouve donc à switcher des cartes régulièrement quand on en a besoin (piratage, crochetage), cela dit, j’ai vite arrêté cette optimisation de bout de chandelle tant le jeu est de toute façon assez simple grâce à SVAV simplifiant et des armes de corps à corps ultracheatées.

Pour le reste, on passe son temps à tuer, ramasser, réparer et on répète cela en boucle indéfiniment avec un plaisir qui s’échappe au bout de quelques heures de jeu.

Des patches et des bugs

Cette souffrance vidéoludique vient aussi du fait que Bethesda a acquis une sérieuse réputation dans le domaine du bug. Fallout 76 est blindé de glitch que le studio peine à corriger. L’xp à gogo en désamorçant des pièges et le poids infini sont mes deux préférés en terme d’expérience de merde. A croire que l’honnêteté ne rapporte jamais…

Ma séquence de jeu favorite reste la construction de mon C.A.M.P., si vous avez joué à Fallout 4, vous connaissez le bug du clavier AZERTY qui nous oblige à faire des pas chassés pour poser un objet ou à passer en QWERTY et si vous n’avez pas joué à Fallout 4, vous aurez le plaisir de découvrir ce bug sur Fallout 76. Du foutage de gueule XXL. Inutile de pester pendant des heures sur le sujet, le C.A.M.P. étant foireux, des bugs dans tous les sens entre pertes d’objet et glitch sur le budget (le quotas d’objets que vous pouvez utiliser). Surtout, il est impossible de combiner, chaque camp doit être à bonne distance l’un de l’autre, vous ne pouvez pas monter une forteresse à plusieurs. Franchement, j’aurai préféré participer à la construction d’une ville avec les autres joueurs plutôt que de m’amuser à planter une baraque au beau milieu d’une route. Mais bon, si Fallout 76 était un jeu multi, ça se saurait. PVP, quête en groupe, ça sert à rien d’en parler, personne ne les fait et quand des masochistes se lancent dans le projet, ils accumulent les bugs comme rejoindre l’équipe A et se retrouver dans la B. Fallout 76 ne propose pas de lieux de rencontre avec les joueurs, ni d’hôtel des ventes, le genre de trucs indispensables dans un jeu connoté MMORPG (sans le premier M).

Lueur d’espoir, le studio essaye de suivre son bébé et d’améliorer cela. Malheureusement, les patches apportent autant de nouveaux bugs que de corrections que je vous laisse découvrir sur Reddit.

Pas besoin de jouer 200 heures à Fallout 76 pour prendre position. La licence est bafouée par un scénario inexistant, les développeurs auraient pu au moins s'inspirer de ce qu'ils ont fait (ou du moins leurs collègues de bureau) sur TESO mais non. On se retrouve avec un bête jeu multi plus facilement comparable à un Call of Duty qu'à un MMORPG, problème, le moteur de Fallout/Elder Scrolls n'est pas réputé pour proposer de belles choses dans le domaine...

Reste à couronner le tout d'une pluie de bugs et voilà, on ne peut que vous déconseiller de l'acheter pour le moment.

Pourquoi l’acheter ?
  • Dans le fond il y a de quoi s'occuper 50h, c'est déjà pas mal
Pourquoi l’oublier ?
  • Recyclage presque raté de Fallout 4
  • Quêtes Fedex et scénario sans saveur
  • Licence piétinée
  • On a vu mieux en multi
  • Des bugs, des glitchs et des bugs