Jeu vidéo / The Talos Principle 2

Date de sortie
Développeur
Croteam
Moteur
-
Mode de jeu
Types de jeu
Puzzle, Réflexion
Thème du jeu
Science fiction
Image de The Talos Principle 2

Test de The Talos Principle 2

The Talos Principle 2 revient nous triturer les méninges un peu moins de neuf ans après un premier opus que nous avions particulièrement apprécié. C’est toujours édité par Devolver Digital et développé par Croteam. Les papas de Serious Sam nous avaient bluffé à l’époque avec ce puzzle game, sorti de nulle part, extrêmement bien ficelé. L’attente est donc tout autre aujourd’hui. Alors est-ce que The Talos Principle 2 arrivera à combler les fans du jeu de base ? Ainsi qu’à approfondir et à renouveler son gameplay ? Tout en offrant encore un excellent puzzle game ? Éléments d’explications et verdict ci-dessous.

The Talos Principle 2

Le jeu reprend les concepts de son aîné. Il se joue à la première personne. Et l’on doit résoudre de nombreux puzzles afin d’avancer dans notre aventure. On incarne un nouveau personnage dénommé sobrement 1k. Les événements suivent ceux arrivés lors du premier épisode même si de très nombreuses années se sont écoulées depuis. Et cette fois-ci, nous évoluerons dans le monde réel et non dans une simulation.

Situé dans un futur lointain où l’humanité a disparu depuis longtemps, la culture humaine vit à travers d’interminables robots à notre image. On va se lancer dans une quête afin d’essayer de comprendre une mystérieuse mégastructure. On va être confronté à des questions sur la nature du cosmos, la foi contre la raison et la peur de répéter les erreurs de l’humanité.

Comme dans le premier opus, tous ces thèmes philosophiques sont bien amenés. Il n’y a pas de propagande moralisatrice. C’est intelligent et cela nous obligera à nous questionner régulièrement sur tel ou tel sujet.

Il a pas mal d’interlocuteurs avec lesquels nous interférerons. Et nos choix et nos prises de position détermineront le cours des événements. Il y a plusieurs fins possibles. C’est très réussi, car on a vraiment le sentiment que le dénouement correspond pleinement à nos prises de positions.

Le lore est très abondant. Un peu trop même. Il y a pas mal de choses à découvrir et à lire (si on le souhaite) afin de mieux appréhender cet environnement. D’un autre côté, il peut arriver aussi que cette narration soit trop imposante. Si on a envie juste envie de compléter des puzzles à la suite, cela peut ennuyer à la longue.

Mais pour nous, ce système fonctionne toujours aussi bien. On est complètement happé dans cet univers qui mélange un questionnement philosophique avec une satire morale. Et on a envie d’en savoir plus tout au long de notre aventure.

La durée de vie varie selon le niveau de fraîcheur de vos méninges et la durée d’exploration de ce grand environnement. On doit ouvrir une grande pyramide. Il y a douze zones différentes (quatre faces pour cette pyramide et trois zones pas faces) et dix puzzles par zones. Et ce sans compter cette pyramide et divers contenus facultatifs. Si vous êtes un adepte de la complétion, il y a de quoi faire.

Une direction artistique de qualité

Le monde est grand, très grand (un peu trop même) et nous avons l’impression d’être un peu insignifiants face à d’imposantes mégastructures, ou bien lorsque l’on se trouve dans New Jerusalem la grande ville établie par nos contemporains.

Les environnements se renouvellent assez bien avec divers paysages variés (oasis, désert, forêt luxuriante, monts enneigés, etc.). On croisera de jolis panoramas par moment. Après, par contre, ce monde est grand, mais cruellement vide.

Il y a quelques espaces un peu génériques. Et d’un autre côté, de belles et grandes infrastructures. J’ai bien aimé cette direction artistique avec son aspect de science-fiction.

Les différents effets de lumières sont bien gérés. Le rendu de l’eau est vraiment réussi. Les textures sont assez fines et bien détaillées. La modélisation de tous nos amis robots est de qualité. Ils sont bien animés.

Les bruitages et les doublages en anglais sont très convaincants. Le jeu est traduit intégralement en français, mais seulement pour le texte. La musique est très bonne et très agréable à écouter. Elle nous immerge totalement dans cet univers particulier.

Au niveau de la technique, le titre est bien optimisé. Il affichera de jolis graphismes sur un large panel de bécanes. On regrette quelques petits bugs d’affichage, du clipping et des textures qui sont un peu lentes à s’afficher. Ainsi que divers crashs et retour Windows.

Un gameplay bien maîtrisé

Le monde est ouvert et non linéaire. C’est-à-dire que l’on peut très bien passer une salle pour y revenir (ou pas) plus tard. On fait un peu ce que l’on veut quand on veut. Il y a de nombreux éléments à découvrir et d’Easter egg dissimulés au travers des zones que nous allons explorer.

Ce monde est vaste et très vide. Ces grands espaces n’apportent pas grand-chose au gameplay.

C’est un peu un simulateur de marche par moments. Et cela peut rebuter des joueurs qui veulent juste enchaîner des puzzles. Surtout en rajoutant de nombreuses séquences de Blabla.

Les puzzles nécessitent exclusivement de la réflexion. C’est-à-dire qu’un peu comme The Talos Principe premier du nom ou bien encore Portal 1 et 2, une fois que vous aurez trouvé la solution, il n’y aura pas d’enclaves liées à la réalisation de tricks pour parvenir à la fin du niveau.

La chose vraiment positive, c’est que les énigmes se renouvellent vraiment tout au long de l’aventure. On obtiendra au fil du temps de nouvelles capacités et mécaniques qui seront évidemment mises à contributions. C’est vraiment extrêmement bien imbriqué et bien pensé. On ressent un sentiment de satisfaction à chaque fois que l’ont réussi.

Ce n’est pas bien dur, à ce sujet, c’est moins alambiqué que les puzzles les plus élaborés du premier opus et donc de son DLC. Si vous recherchez uniquement le challenge et vous maîtrisez parfaitement les mécaniques du jeu de base, vous serez, peut-être, un peu déçu sur ce point-là.

La difficulté n’est pas croissante comme dans The Talos Principe. Les énigmes se renouvellent constamment durant l’aventure. Elles incorporent de nouvelles techniques et gadgets à chaque zone. Ce qui fait que la difficulté est constante, car on doit juste comprendre le bon fonctionnement et la parfaite utilisation de ces nouveaux concepts. 

Les développeurs sont conciliants parce que vous ne devrez que débloquer huit puzzles sur dix par zones pour la valider. De plus, il y a quelques items (des éclats) à trouver sur la carte qui permettent de débloquer un puzzle sans rien avoir à faire. Il y en a peu toutefois. Mais vous comprenez que vous ne resterez pas bloqué sans pouvoir continuer l’aventure.

Le principe est simple. On rentre dans une salle et plusieurs barrières magnétiques nous bloquent le chemin. Pour les ouvrir, on a soit des cubes à disposer au bon emplacement, des brouilleurs ou bien encore des connecteurs. Pour atteindre des zones inaccessibles, on croisera toujours des téléporteurs et des ventilateurs.

Au niveau des nouveautés, on va pouvoir jouer avec la gravité ainsi qu’avec un transfert d’esprit. On notera également une foreuse qui crée une ouverture sur certaines surfaces (à la Portal) afin de faire transiter des éléments au travers. On découvrira par ailleurs des accumulateurs qui emmagasinent la couleur sans avoir besoin de maintenir une connexion avec l’origine du faisceau. Tandis que des convecteurs nécessitent de recevoir deux lasers de couleurs différentes pour à leur tour diffuser un rayon d’une autre couleur.

Bref, tous ces aspects puzzle game sont bien maîtrisés et diversifiés. On s’amuse sans se prendre trop la tête, mais pour autant il faut bien réfléchir pour trouver la solution. Le tout est géré d’excellente façon et cela aiguise bien nos sens de la réflexion, de l’observation et de la déduction.

The Talos Principle 2 constitue une suite solide au premier opus que nous avions particulièrement apprécié.

Les graphismes sont plus récents (encore heureux) et ils sont soutenus par une bonne direction artistique. L’histoire est plaisante à parcourir avec un monde vaste qui dispose d’un lore important. 

L’essentiel réside dans de nombreux puzzles fort bien amenés et très diversifiés. Cela reprend les concepts du premier épisode tout en proposant, également, de nouvelles mécaniques de jeu très distrayantes.

Après, c’est vrai par ailleurs que le jeu est peut-être un peu trop bavard. Et bien trop vaste pour ceux qui ne veulent qu’enchaîner les puzzles. De plus, la difficulté est moins importante que dans le premier épisode et surtout que dans son DLC Road to Gehenna.

Mais, en ce qui nous concerne, cela a été un réel plaisir de redécouvrir ce monde. On ne peut que vous conseillez The Talos Principle 2 si vous êtes fan du genre. De plus, le jeu est affiché (sans promotions) à un tarif très correct (moins de 30 Euros).

Pourquoi l’acheter ?
  • Direction artistique
  • Doublage et bande-sonore
  • Scénario intéressant
  • Des puzzles d'excellente qualité
  • Des mécaniques de jeu qui se renouvellent tout au long de l'aventure
Pourquoi l’oublier ?
  • Un monde un peu trop grand et vide
  • Beaucoup de blabla
  • Difficulté en baisse
  • Quelques bugs et crashs