Test de Assassin’s Creed : Origins

Par le
Image de Assassin's Creed Origins
Date de sortie
Développeur
Ubisoft Montreal
Éditeur
Ubisoft

Avec la sortie du film sur grand écran Ubisoft a décidé de laisser une année de repos à la confrérie des assassins l’an dernier, pour revenir en force en cette fin d’année 2017. Mais du coup, cette année sabbatique a-t-elle était bénéfique ou pas à la licence qui depuis quelques années stagne ?

 

Le changement c’est maintenant !

Image de Assassin's Creed Origins
J’aime le sang !

Ce nouvel opus, que l’on doit à l’équipe qui nous avait offert le très bon Black Flag, est vraiment un épisode différent de ce que l’on a vu ces dernières années. On se retrouve propulsé en 49 avant JC, une époque où la confrérie des Assassins n’existe pas (pas encore du moins). On y interprète Bayek, le Medjaï de Siwa, ainsi que sa femme Aya. C’est donc à travers ses deux protagonistes que nous allons vivre la création de ce crédo qu’on suit depuis 10 ans aujourd’hui tout pile ! Il nous est aussi possible de « contrôler » Senu, l’aigle qui accompagne Bayek. Le contrôle de ce rapace est très important car il joue un grand rôle dans la partie infiltration étant donné qu’il permet de repérer l’emplacement des ennemis ou d’un objectif mais aussi de trouver facilement les animaux à chasser ou bateaux à piller pour récupérer les ressources voulues (on va aborder ce point dans le prochain paragraphe). Du point de vue histoire, ce titre est très bon en apportant des réponses qu’on attendait depuis des années.

Un petit point aussi pour parler de Findus, votre monture, qui peut-être un chameau ou un cheval. Franchement on n’est pas au point de Skyrim, mais pas loin ! Il peut quasiment monter partout mais le plus impressionnant ce sont les sauts qu’il fait… J’ai réussi à le tuer seulement une fois en sautant d’un aqueduc !

 

Une nouvelle ère s’ouvre à nous

Une autre chose a changé dans cet opus et ce n’est pas un petit changement… Rien de mieux pour

Image de Assassin's Creed Origins
A la recherche de Galen qui c’est encore perdu sur la route.

redonner vie à cette saga que ce tourner vers un gameplay orienté RPG. Et là, on a énormément de changements par rapport à ce qui avait été fait dans les titres précédents. On commence au niveau 1 et le niveau maximum, pour l’instant, est 40. Pour arriver à ce niveau, tout est bon pour l’xp ! Découvrir un nouveau lieu, tuer un ennemi, assassiner un ennemi, tir à la tête, achever une quête ou mission secondaire… Bref vous l’avez compris va falloir XP ! D’autant plus que les ennemis ont aussi leur propre niveau et autant vous dire que si vous avez deux niveaux de moins que votre opposant, il vous sera impossible de l’assassiner à la lame et que vous allez devoir batailler avec lui. Les missions ont d’ailleurs un niveau recommandé et franchement on ne rigole pas avec ça… J’ai voulu faire le kéké, je l’ai payé de ma vie !

Image de Assassin's Creed Origins
Je suis clairement un fan de l’arc…

Mais bon ajoutez cet aspect c’est cool, mais à chaque niveau en plus de gagner plus de vie et de force vous gagnez aussi un point de compétence qui, comme son nom l’indique, vous permettra d’acquérir une compétence dans un arbre à trois branches. Cela permet un peu de se spécialiser avec la branche Chasseur, Guerrier et Clairvoyant et comme vous pouvez le voir dans la capture il est plutôt bien organisé et construit cet arbre.

Dans les nouveautés on peut évoquer le fait qu’en plus d’acheter les armes chez le forgeron vous pouvez directement en looter sur les ennemis ou dans les coffres. Par ailleurs, que ce soit votre épée, arc ou bouclier, cet équipement à un niveau qu’il faut respecter pour pouvoir l’utiliser. Il est aussi possible d’améliorer cet équipement chez votre forgeron préféré. Tous les équipements sont plus ou moins rares, à la façon d’un bon vieux Diablo, vous allez trouver du matos bleu/violet/doré qui vous proposera des armes avec des attributs (hémorragie, dégâts accrus,…) plus ou moins puissants et nombreux.

Voilà pour les armes, mais pour ce qu’il en est de votre équipement tel que la lame, la poche à outils

Image de Assassin's Creed Origins
Ah et vous vous doutez, pas de gestion du poids !

ou le brassard il vous faudra looter la peau de nombreux animaux que vous allez pouvoir rencontrer tout du long de votre périple en Égypte. Des animaux tout mignons gentils ou pas ! Oui… les crocodiles, hippopotames et lions ne seront pas vos amis. Du coup, c’est par les animaux que vous obtiendrez cuir (cuir cuir moustache) et fourrure qui vous permettront d’améliorer les équipements liés aux dégâts corps à corps, vie et nombre d’outils transportables. Pour améliorer la lame, les dégâts à l’arc et le nombre de flèches disponibles, il faut trouver des matières premières comme le bois, le fer et le bronze que vous pourrez vous procurer en volant sur les frégates ennemies ou en démantelant votre matos. Par contre, je tiens à préciser que la tenue de notre assassin ne participe aucunement à ses caractéristiques, que vous soyez en pagne ou en armure 2.0 ça ne changera, malheureusement, strictement rien.

Image de Assassin's Creed Origins

geralt CROFT du nil le jour, batman la nuit

Toujours dans cette optique de se diriger vers un style RPG, le système de quête à lui aussi été entièrement revu ! On a les missions principales qui représentent le fil rouge de l’histoire de ce titre en plus de quêtes secondaires (parfaites pour XP) et de quêtes ponctuelles. Pour les missions principales et secondaires on passe facilement de l’une à l’autre afin de gérer les choses comme on le désire. Pour déclencher une mission secondaire, il suffit d’aller voir un personnage en proposant de l’aider à résoudre ses soucis. Les missions ponctuelles sont des petites actions que l’on découvre en ce baladant, comme sauver un villageois d’une attaque de crocodiles, par exemple.

A la façon d’un Witcher, on va donc parcourir la map pour prendre et effectuer bon nombres de missions. Un point intéressant qui est un reproche revenant souvent dans cette saga : la répétitivité. En effet, Origins n’y coupe pas, mais celle-ci se fait tout de même énormément moins ressentir ! Et ça c’est vraiment agréable. Par contre, les missions aller chercher libérer un prisonnier ou chercher un objet… franchement on s’en fiche ça apporte rien au jeu ! Il y a aussi des missions en mode enquêteur où Bayek observe tout ce qui se passe dans une zone à la façon de Batman sur une scène de crime. Je trouve que ça manque franchement de profondeur, ça pourrait être sympa mais c’est trop facile du coup c’est plus chiant qu’autre chose.

L’Égypte rime avec pyramides, tombeaux, trésors,… Par ce fait, je m’attendais à partir explorer des tombeaux et me retrouver face à des énigmes et puzzles à la façon d’un Tomb Raider ou de ce qui nous avait été proposé dans les titres mettant en avant Ezio. Alors, il y a énormément de zones à explorer et ça c’est cool, par contre la difficulté est nulle et c’est là que ça pêche. J’aurais préféré avoir moins d’exploration pour avoir de vraies énigmes.

Image de Assassin's Creed Origins

Un univers géant et vivant

Le jeu dispose de graphismes exceptionnels ! Je le fais tourner en moyen sur une GTX960 2Go et 8Go de RAM et franchement il est très beau comme ça. J’ose pas imaginer en ultra 4K ! Mais avoir de beaux graphismes c’est cool mais bien les utiliser c’est mieux et ça comme souvent dans la saga c’est vraiment bluffant…

L’architecture est vraiment énorme (dans tous les sens du termes), les décors sont époustouflants, les personnes sont tous très bien réalisés et variés. Le mode photo permet de faire de magnifiques clichés des paysages. Par ailleurs, pour donner plus de vivant au jeu, il n’est pas rare de voir des animaux se taper les uns sur les autres. Et c’est impressionnant de voir un hippopotame contre un crocodile ou deux hippopotames qui se battent entre eux ! La végétation qui permet de se cacher est bien rendue, d’ailleurs attention où l’on se cache… De hautes herbes peuvent cacher quelques crocodiles. Voir le reflet du soleil sur le Nil n’a pas de prix et merci la possibilité de méditer pour passer d’un moment à l’autre de la journée pour en profiter encore plus.

Pour ce qui est des sons, c’est tout aussi bluffant que d’habitude. Par contre, au niveau musique je ne sais pas mais il manque un petit truc. J’ai trouvé que la bande originale manque de dynamisme.

 

 

Fortement attendu, le titre d'Ubisoft est un plaisir à jouer ! Déjà une cinquantaine d'heures de jeu et c'est très plaisant. On explore un monde vaste et vivant avec une nouvelle dynamique de jeu qui redonne un second souffle à la saga Assassin's Creed. Il me tarde de voir comment va évoluer cette série qui est maintenant d'un genre différent.

Pourquoi l’acheter ?
  • Enfin des réponses !
  • L'Égypte et ses trésors
  • Durée de vie
  • Dimension RPG
  • Optimisé
Pourquoi l’oublier ?
  • Phases d'explorations et d'enquêtes pas assez approfondies
  • Des missions secondaires qui parfois n'apportent vraiment rien
  • L'armure et la monture seulement visuel, aucun impact sur les caractéristiques